Paris Food Trip #13 : Saravanaa Bhavan

 

 

Il est rare que j’aille dans un restaurant deux fois de suite en quelques jours, et pourtant… I did it ! Jeudi j’avais un train à prendre à la Gare de l’Est, et avec ma patte folle (genou tout cassé depuis que je me suis étalée comme une crêpe la veille)(vous allez me dire, c’est tendance pour la Chandeleur)(la crêpe, pas le genou), je ne pouvais pas me déplacer bien loin sans faire la grimace.
Le Saravanaa Bhavan fut mon salut à l’heure du déjeuner, situé juste en face de la Gare du Nord (et j’avais tellement de mal à marcher que j’ai pris le métro entre les deux gares!) .
Il s’agit d’un restaurant indien végétarien, issu d’une chaîne internationale présente un peu partout dans le monde (en tout cas plus qu’en Inde même). J’y étais avec une amie végétarienne qui ne mange ni viande ni poisson ni fruits de mer, cet établissement était donc parfait pour l’occasion. Elle m’avait déjà emmenée dans un restaurant qui proposait des protéines de soja texturés: c’était pas mauvais mais quitte à manger végétarien, je préfère la cuisine exclusivement basée sur les légumes, et non sur des ersatz de viande.

On arrive à 13h, la salle est pleine à craquer mais il reste une table pour deux juste à l’entrée (pas terrible pour les courants d’air). Pas de déco kitch à base d’éléphant ou de divinité sculptée: tout est sobre, c’est propre, pas de nappe ni même de set en papier, et il y a déjà sur les tables des pichets et des gobelets en inox. Ambiance cantine, quoi. Il y a beaucoup d’indiens autour de nous, ce qui est rassurant, il mangent dans des assiettes ou plateaux tapissés de feuilles de bananier, en malaxant le riz et la sauce avec les doigts, ou déchirent leurs galettes d’une seule main (la droite bien sûr). Ca a l’air drôlement bon ce qu’ils ont choisi, mais quand on se retrouve devant l’immense menu qui tient sur plusieurs pages, on ne sait pas quoi prendre. Bah il est où le poulet tandoori? Huhu!

 

Finalement on opte toutes les deux pour un « South Indian Meal » (12€), autrement dit un thali composé de plats du sud de l’Inde, car apparemment ils sont spécialisés dans cette cuisine. En entrée nous nous partageons une portions d’idlis en format mini, immergés dans une sauce aux lentilles divine. On a tout raclé, c’était vraiment délicieux, avec les deux chutneys qui allaient avec: un à la noix de coco et l’autre à la menthe (qu’on ne sentait pas, j’aurais juré que c’était de la coriandre). Sara avait pris aussi un lassi nature, servi non glacé, conformément à la cuisine ayurvédique, comme le fait remarquer Sophie Brissaud.

Quand les plateaux arrivent, on se demande si c’est vraiment pour une seule personne. Piquée par ma curiosité, je prends ma cuillère (j’aime bien manger avec les doigts, mais seulement à la maison) et je goûte chacun des plats: sambar (lentilles), kuzhambu (lentilles aussi), rasam (soupe acidulée tomate/tamarin), raita (yaourt au concombre), pickles (citron confit?), du yaourt épais pour apaiser le palais, 2 currys de légumes et du chou mélangé à des graines de haricots mungo. Certains sont bons, d’autres moins. A vrai dire, il n’y en a que deux que j’aime vraiment: le sambar et un curry de légumes dont je n’ai pas retenu le nom. Les autres ne sont pas à tomber à la renverse, et il y avait même un plat qui avait un goût amer, voire de brûlé. Passons au riz: j’ai jamais mangé un truc aussi fade, quelle déception !!! Il est à volonté, et quand le serveur m’en a proposé, j’ai refusé: pour que je refuse du riz, c’est qu’il n’est vraiment pas terrible.
Quant aux galettes, un appalam et deux pooris sentent trop l’huile de friture et m’écoeurent vite. Ah si, un point positif quand même, le halva de semoule à la pomme (dessert inclus parmi les petits plats), qui permet de finir sur une note douce. Bilan mitigé: jetez-vous sur les idlis, mais évitez le thali du Sud. J’oubliais, ce jour-là, le service fut long, très long même: l’entrée fut servie immédiatement, mais les plateaux sont arrivés 40 minutes plus tard.

 

A mon retour de voyage, dimanche après-midi (ils sont ouverts tous les jours), j’ai décidé d’y retourner pour ne pas rester sur une mauvaise impression. Je prends donc le « North Indian Meal » cette fois-ci (15€), Mister T prend un mutter paneer et on se partage la même entrée que la fois d’avant, tellement j’avais adoré ces petites bouchées à la vapeur.
Mon thali est plus alléchant que le premier. Pas de riz fantôme mais du pulao (riz basmati aux épices, feuilles de curry et ghee) et les galettes sont délicieuses (chapati moelleux et pappadum croustillant mais pas huileux). Il y a plus de variété dans les plats: pommes de terre crousti-fondantes au tandoori, curry de champignons à la tomate, aloo mutter (petit pois et pommes de terres dans une sauce riche au ghee), dal, sauce aux épinards, crudités (concombre, tomate, oignon). Les seuls plats communs avec le plateau du Sud furent le raita, le yaourt épais et le rasam. Je n’ai pas aimé le dessert, à base de vermicelles nageant dans du lait, trop sucré et trop « cardamomé ». Mais dans l’ensemble j’ai beaucoup apprécié ce thali que je vous recommande. Le service fut cette fois plus rapide, car on leur avait demandé de tout apporter en même temps (vu qu’on avait un autre train à prendre).


Le rasam, servi à part car la quantité était plus généreuse que dans le thali du Sud. Cette soupe est à la fois acidulée et piquante, parfaite pour ouvrir l’appétit.

Les mini idlis (3,50€), dans leur sauce aux lentilles et graines de moutarde. Servie avec deux chutneys, cette entrée est suffisante pour deux (il y en a 14 dans le bol!).

Le mutter paneer: des petits pois et des cubes de paneer (fromage indien) dans une sauce épaisse à base de ghee. Délicieusement délicieux, ça j’en mangerais tous les jours. En revanche j’avais eu l’impression que c’était du tofu et non du fromage!


Sur la photo, on voit que je n’ai pas touché aux galettes, dommage.

J’avais fini mon premier repas avec un chai masala, le fameux thé indien aux épices (vous pouvez choisir avec ou sans lait). Il n’est pas très sucré (bon point), avec une dominance de cardamome. Il est servi brûlant et mousseux dans un gobelet en inox, lui-même posé dans un autre récipient. Comme je ne savais pas comment m’y prendre (à quoi il sert, ce second contenant?), j’ai observé une indienne dans la salle qui venait aussi d’en commander. Il faut le verser dans l’autre contenant, puis le reverser encore dans le gobelet, et rebelote, plusieurs fois de suite. Ce geste sert à oxygéner le thé, le refroidir et permet de faire ressortir les saveurs. Je l’avais goûté avant et après cette étape, et effectivement il n’avait pas le même goût: il était bien meilleur. Quant aux petits doigts relevés, vous n’êtes pas obligés, c’est juste que c’était trop chaud !

PS: Ils font également de superbes dosas, ces galettes gigantesques et légeres comme une plume. J’en avais déjà parlé ici.

 

 

SARAVANAA BHAVAN

170 rue du Faubourg Saint-Denis
75010 PARIS (métro Gare Du Nord)

Tél: 01 40 05 01 01
ouvert tous les jours de 10H30 à 23h

 

 

 

11 Commentaires

  1. Adresse notée. Je veux y aller !!

  2. Tu me tiens au courant alors!

  3. Quelle coïncidence, j’y suis allée vendredi ! Bon moi j’ai a-do-ré, je m’en suis mis jusqu’aux oreilles J’ai pris le south indian meal et c’était un peu différent du tien, je pense que cela ne doit pas être les mêmes choses tous les jours. J’ai trouvé les beignets et chapatis délicieux, par contre je confirme, grosse déception sur le riz, le gros point noir du repas pour moi. Pour le reste, il y avait un truc à la betterave que je n’ai pas aimé mais à part ça je me suis régalée, pour tout dire j’ai grande hâte d’y retourner !

  4. Dommage que tu n’as pas apprécié le thali du Sud… Il te fallait un(e) guide peut-être. … il faut commencer par le rasam – c’est supposé ouvrir l’appétit… Tu n’aimes pas les pooris??? Je pense que tu as du tomber un jour où le cuisinier n’était pas inspiré…. C’est vrai que les pooris ont l’air un peu gras… parce que même si c’est un pain frit, ils sont légers! Bisous

  5. J’avais oublié de te le dire, ils ont une boisson lactée que je trouve délicieuse, c’est le Badham Keer. Bizarre pour le temps d’attente, c’est toujours plein à craquer et on a jamais attendu.

  6. Ce restaurant est un must, j’y vais depuis des années.
    Les dosas sont effectivement très bons et le mutter paneer qui me rappele le kema mattah dans sa version avec de la viande hachée, n’a rien à lui envier.
    Si toi aussi tu es fan des papadum comme je le pense, tu sais peut-être que tu peux en acheter dans les épiceries indiennes et obtenir un résultat époustouflant en les mettant au micro onde 1 minute… oui ça surprends mais le croustillant est bien là !

  7. Calimeriane dit : Répondre

    Moi j’adore ce restaurant sans aucune hésitation si ce n’est leur riz blanc qui, vraiment, n’est pas terrible!
    Comme je l’avais déjà dit sur Mr Tweet; j’avais publié un article à ce sujet:
    http://styloetfourchette.wordpress.com/2012/10/26/saravanaa-bhavan-vegetarien-autrement/
    Comme c’est un de mes premiers papier « pro » tu pourrais me donner ton avis?

  8. txinka dit : Répondre

    J’ai vécu un an en Inde : 4 mois au sud, et le reste au nord. Ma préférence va aux thalis de l’Inde du sud , végé, plein de légumes, de graines de moutarde, de noix de coco, alors que le nord est moins « riz » et plus plats de viande en sauce. J’ai pris du poids au nord, alors que j’en avais perdu au Sud, cela explique peut être ma préférence Et les utthapam au sud à la noix de coco fraiche et à la pate de riz fermentée !!! ahahaha extase de souvenirs culinaires. Le chutney à la mente est souvent préparé avec une base citron piment vert menthe coriandre, cela explique peut être sa saveur très « coriandre »…
    Au fait c’est normal que le paneer te rappelle le tofu : le paneer n’est pas du fromage (pas de fermentation) mais du lait cru caillé et pressé. Un peu comme le tofu, caillé de lait de soya. C’est très facile à faire, pour peu qu’on aie du vrai lait…. Et pour une petite infidélité à ma cuisine adorée du sud de l’inde, le palak paneer est un plat d’hiver délicieux.
    Bref, j’arrête, je monopolise inutilement la page commentaires, mais j’ai pas pu m’empêcher, la cuisine indienne c’est trop bon quand c’est bien fait….

  9. wolke dit : Répondre

    Quand je vais manger indien dans le quartier je retourne toujours au Madras Café au 180 de la même rue! la déco y est inexistante (ça fait presque cantine bouiboui), les plats sont servis sans chichis (le serveur nous a même interdit de prendre plus de plats parce qu’on ne les finirait pas, mais il avait raison on a eu les yeux bien plus gros que le ventre ce jour là..). la clientèle est essentiellement indienne, et du coup c’est là qu’on retourne à chaque fois. Il n’est pas végétarien mais propose évidemment des plats végétariens. du coup j’ai envie de manger indien….

  10. Ca vallait donc le coup d’y retourner!
    (J’espère que ton genou va mieux)

  11. Je suis un fan incontestable de ce genre de formules dans les restaurants indiens avec une multitude de plats crémeux, piquants, doux, parfumés, frais… Il y en a pour tous les goûts et tous les palais j’adore ^^

Laisser un commentaire