Réponse à la devinette


Certains d’entre vous ont trouvé la réponse: il s’agissait bien d’une soupe à base de … terre!!! Oui vous l’avez bien lu, et oui je vous ai bien entendu: Beurk! Pouah, c’est dégueulasse! Jamais de ma vie j’y goûterais!

L’auteur de ce plat tout à fait insolite (vous voyez d’autres adjectifs?) est le chef japonais Yoshihiro Narisawa, qui a fait ses armes en Europe, en passant par la France chez Paul Bocuse. Son restaurant, « Les créations de Narisawa« , a obtenu deux étoiles au Guide Michelin nippon et il est considéré comme l’un des cuisiniers les plus créatifs de Tokyo. Oui mais alors, pourquoi proposer une soupe de terre, me dites-vous?
Eh bien tout est lié au mouvement culinaire auquel il s’est rallié, le « Raw food« . En sachant que « raw » signifie aussi bien « cru » que « sauvage« . Il accorde une attention toute particulière aux saveurs primales et naturelles que l’homme a oubliées depuis l’invention du feu: le goût de la terre et du bois par exemple! De plus, le thème du Paris des chefs 2011 était le Visible et l’Invisible. Quoi de plus pertinent pour cet amoureux de la nature que de puiser son inspiration dans la montagne et la forêt qui disparaissent peu à peu ?
Certains y ont vu une provocation, mais sa démarche écologique vise à sensibiliser son public quant à  l’impact de l’humain-consommateur sur l’environnement: pollution, déforestation, sur-pêche, agriculture intensive…Au delà de l’hommage au sauvage, un enjeu: arrêter la destruction de la nature par le biais de la cuisine, et atteindre l’impact énergétique zéro.


Copeaux de bois de cerisier


A gauche: »eau » de cerisier, à droite: thé préparé par le maître de thé

Malheureusement je n’ai pas pu goûter à cette fameuse soupe, la foule s’est ruée dessus avant qu’on ait eu le temps de réagir. D’après les échos, ce n’était pas si mauvais que ça! J’ai juste eu le temps de photographier la marmite, mais je n’allais pas boire à même la louche hein… En revanche j’ai pu manger un sablé à la sciure de bois de châtaigne (!), et c’était vraiment très bon, on ne sent pas le goût du bois (en même temps je n’ai jamais mangé de bois…). J’ai également bu de l’eau de source dans laquelle avait trempé des copeaux de bois de cerisier. C’était très végétal, un peu comme lorsqu’on mâche un brin d’herbe, mais puissance x1000 ! Une expérience inoubliable…


7 Replies to “Réponse à la devinette”

  1. ca me tente pas du tout surtout avec la pollution actuelle !!!! de la terre, des arbres et j’en passe =S bisous

  2. Impressionnant à quel vitesse la raw food est entrain de prendre, et chasse la mode précédente (la cuisine moléculaire).

  3. Oh, ça ne m’étonne pas… L’industrie alimentaire produit bien de l’arôme naturel de vanille à partir de… sciure de bois !

  4. Une belle expérience en effet… Je sens que je vais tout faire pour aller à l’édition de l’année prochaine!

  5. pfff
    nous avons ici le kawa pour le goût de terre, et les vers de bancoule ( crus bien sûr) pour le goût
    du bois …

  6. Très intéressant. En passant, l’eau de cerisier c’était comment? J’imagine pas si mal. Je ne sais pas si tu le sais, mais le sirop d’érable est fabriqué à base d’eau d’érable. On peut aussi faire du sirop à partir de l’eau de bouleau.

  7. Ils sont balèzes ces Chefs quand même!!

Laisser un commentaire