Un livre, une recette #36 : Misir sambusa

Je vais profiter de ce deuxième confinement pour publier toutes les recettes que j’avais faites pendant le premier! Je me rappelle avoir proposé à ma fille de les faire en visio, lorsqu’elle était chez son papa. On se voyait sur Skype chaque jour, et pour changer des séances de « Dessinez c’est gagné » sur ardoise, j’avais décidé de faire de la cuisine ensemble, mais chacune de son côté. Bon, ça l’a amusée 5 min, puis elle a préféré jouer avec la pâte pour fabriquer des bonhommes tout mous ^^

J’ai pioché cette superbe recette éthiopienne dans le livre des Cuistots Migrateurs, qui regroupe près de 70 recettes du monde. Si vous ne connaissez pas cette entreprise sociale, sachez que c’est le premier restaurant et traiteur à Paris qui emploie des personnes réfugiées. Leur projet pour 2021: ouvrir une école de cuisine gratuite pour les réfugiés. Pour cela, une campagne de crowfunding a été lancée pour permettre de former 50 stagiaires, pour devenir commis de cuisine. Si vous voulez leur donner un coup de pouce, voici le lien pour aider l’école des cuistots migrateurs .

 

Pour la recette j’ai apporté quelques modifications: j’ai remplacé les lentilles blondes par des vertes, les poivrons par des carottes, et j’ai fait la pâte moi-même (celle des samossas végétariens de Sanjee), au lieu des galettes de blé pour spring rolls préconisés dans le livre. On était confinés et pas moyen de sortir acheter ces ingrédients pendant cette période !

Misir sambusa

(pour environ 50 pièces, mais tout dépend de la taille de votre emporte-pièce)

Pour la pâte:
-300 g de farine
-1 yaourt nature
-4 càs d’huile végétale neutre
-10 cl d’eau
-1 pincée de sel

Pour la farce:
-120 g de lentilles vertes
-1 blanc de poireau
-1 carotte
-1/2 oignon
-1 gousse d’ail
-20 g de gingembre râpé
-2 piments verts en rondelles
-3 càs d’huile végétale neutre
-1 pincée de sel

Pour la cuisson:
-1 bon filet d’huile de friture

La pâte: Mélangez la farine et le sel dans un saladier. Versez le yaourt, l’huile et l’eau (ne mettez peut-être pas toute l’eau, ça dépend de la capacité d’absorption de votre farine), puis mélangez avec une cuillère en bois, jusqu’à obtention d’une pâte homogène. Pétrissez pendant 10 min à la main: la boule de pâte doit lisse et souple. Emballez de film alimentaire et laissez reposer au frais en attendant la suite.

La farce: Lavez les lentilles dans une passoire et plongez-les dans deux fois leur volume d’eau froide. Portez à ébullition puis baissez le feu et faites cuire environ 20 min. Egouttez-les dans une passoire et réservez. Mixez dans un petit robot ou écrasez dans un mortier le gingembre et l’ail, avec une cuillère à soupe d’huile.
Hachez l’oignon, le poireau et coupez la carotte en brunoise. Faites revenir ces derniers dans le reste d’huile végétale pendant 5 min, ou jusqu’à ce que les carottes soient tendres. Ajoutez le mélange ail/gingembre et le piment. Mélangez puis incorporez les lentilles. Mélangez 5 min, salez et laissez refroidir la farce hors du feu.

Coupez la pâte en deux et abaissez-la finement avec un rouleau à pâtisserie, sur un plan de travail fariné. A l’aide d’emporte-pièce ou d’un petit verre retourné, découpez des disques de pâte. Farcissez chaque disque avec un peu de lentilles et humidifiez les bords avec de l’eau froide. Rabattez les bords vers le centre en pinçant la pâte, comme sur la photo. Continuez jusqu’à épuisement des ingrédients.

Faites chauffer un bain d’huile de friture (170°C max, il ne faut pas que ça fume) et plongez-y les sambusa. Une fois qu’ils sont bien dorés, égouttez-les sur une grille ou du papier absorbant et dégustez bien chauds.
Normalement ça s’accompagne d’une sauce à l’arachide pimentée (« qarya awaze »), mais pour ma part, je les avais servis avec du chutney de rhubarbe. Mais vous pouvez le remplacer par une sauce de votre choix (yaourt/ail par exemple).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.