Week-end à Londres, part.1 (attention il y a un anglicisme dans le titre)

Ah depuis le temps que j’en rêvais… Mister T a exaucé mon voeu de gamine pour mon anniversaire! Certes avec trois semaines de retard, mais c’est parce qu’on était tombé malade en même temps et qu’on n’a pas cessé de reporter ce petit voyage en amoureux. Pourquoi gamine au fait? Parce qu’après avoir regardé un documentaire sur les Beatles à l’âge de 11 ans, je suis tombée amoureuse de l’Angleterre! A l’âge où les copines écoutaient de la techno, moi je rêvassais sur Strawberry Fields Forever ! J’ai ensuite passé toute mon adolescence à idolâtrer Oasis, en tapissant ma chambre de leurs posters (il en reste encore un sur la porte!) et en collectionnant leurs albums, même les coffrets collector! Et oui, les filles des îles n’écoutent pas forcément que du zouk (moi pas du tout)!! Je suis aussi fan de Mister Bean, mais bon je comprends que ça fasse moins rêver! 🙂

En route avec Brittany Ferries

Nous prenons donc le ferry vendredi soir pour un périple de 8h pour lequel je m’était préparée en me shoutant aux pilules anti-mal de transports. Autre cliché sur les gens des îles: on a aussi le droit d’avoir le mal de mer!
Arrivés à Portsmouth, on embarque dans un bus qui nous conduit jusqu’à Londres. Sorti de ma léthargie, je découvre enfin la ville qui me faisait rêver depuis si longtemps. Il fait beau, le ciel est bleu mais il fait un froid de canard! J’avais bien fait de prendre ma grosse écharpe et mes gants! En sortant de Victoria Station on se balade un peu au soleil et on se pose dans un café philippin. Moi qui étais affamée et fantasmais sur un breakfast typique, j’ai fini par capituler face au choix exotique de Mister T. Il y avait un peu tout et n’importe quoi dans la vitrine: des spaghetti, des samoussas, des légumes sautés aux épices, des sandwiches aux baked beans… Oui oui, tout ça proposé pour le petit-déj ! 🙂 J’ai opté pour un feuilleté au boeuf et aux pommes de terre, et Mister T a pris une sorte de gâteau de riz gluant au lait de coco. On ne savait pas du tout ce qu’on mangeait, vu qu’il n’y avait aucune étiquette pour décrire les plats. Et j’avoue que l’anglais avec un fort accent philippin est un peu difficile à comprendre surtout après 10h de voyage. Au final c’était très bon! J’ai failli craquer pour un cup-cake à l’effigie de Wallace & Gromit, mais je n’avais plus faim!

L’itinéraire du parfait petit touriste

   

Direction Buckingham Palace.
De gros nuages commencent à pointer leur nez, mais le vent les chasse aussitôt. Impossible de rater le Palais de Buckingham avec les hordes de touristes qui se précipitent devant les portes pour essayer d’immortaliser les fameux gardes. A ma grande déception, ceux-ci n’ont pas leur bel uniforme rouge 🙁 En fait leur tenue est plus maussade entre septembre et mars! En tout cas ils ont toujours leur coiffe à la Marge Simpson, fabriquée en fourrure d’ours du Canada!

Après avoir slalomé entre les flash des fanatiques de la Reine qui prennent tous la même pose, on traverse Saint-James’s Park. Le lieu est peuplé de multiples petites bêtes espiègles: les écureuils sont partout! Au début, on est attendri par le premier que l’on voit débouler entre les feuilles mortes. Puis en scannant tout le parc tel Robocop, on s’aperçoit que tous ses cousins sont aussi de la partie! Ca grouille de partout, creusant des petits trous à la recherche de nourriture, de vraies petites piles életriques. Pas sauvages du tout, certains vont même jusqu’à grimper sur les jambes des touristes qui les nourrissent. Il paraît que certains restaurant le proposent sur leur menu, sachant que ce petit animal représente un fléau pour la ville. En sortant du parc je tombe en admiration devant ce magnifique cygne noir… J’ai fait vite pour le prendre en photo, car il paraît que c’est méchant! 🙂

      

Big Ben, Westminster & Co.

Comment passer à côté du célèbre Big ben? C’est un peu comme aller à Paris sans voir la Tour Eiffel, à moins d’être aveugle. Pour pouvoir le photographier correctement, surtout ne pas avoir peur de s’accroupir de manière ridicule sur le trottoir, et surtout attendre que la foule se casse! Juste avant, on croise Westminster Abbey, dont l’entrée est facturée pas moins de 12£! Pas la peine de vous dire qu’on a passé notre chemin.


L’espèce de grande roue là, c’est le London Eye! Il faut réserver un peu à l’avance ou alors être très patient pour pouvoir y monter! De là-haut, on surplombe la capitale à 360 degrés. Enfin il paraît, vu qu’on n’a pas essayé! En plus du mal de mer, j’ai le vertige 🙁




En se baladant le long de la Tamise, on a pu croiser un drôle d’engin sur roues, tout jaune, une sorte d’hybride camion-bateau. A mon avis c’était un véhicule amphibie appartenant à l’Aquarium de la ville. Le paysage urbain est ponctué de grues gigantesques, sans doute pour préparer Londres aux Jeux Olympiques de 2012. Après avoir traversé le Millenium Bridge, on a repéré sur la plage (oui il y a la plage à Londres) des jeunes gens qui sculptaient des animaux avec du sable mouillé: on a pu y deviner la silhouette d’un fossile de dinosaure. Un stégosaure plus précisément, comme nous l’a souligné l’artiste présent! Ensuite on a flâné à travers le marché de Noël, qui n’avait rien d’extraordinaire à vrai dire. Des manèges aux milles couleurs, des vendeurs de saucisses et des petits gâteaux aux épices… Je n’y ai décelé aucune excentricité anglaise, mis à part peut-être un stand de cravates en bois! 🙂

Bon je vous donne rendez-vous dans un prochain épisode, j’ai trop de photos pour pouvoir les poster en une seule fois!


La vue de la cathédrale Saint-Paul me fait penser au générique de Benny Hill, pas vous? 🙂

1 Commentaire

  1. Il est vraiment très sympa ton reportage ! que de belles photos !

Laisser un commentaire