Jamie’s Italian, Bristol

 

Au fond, la maman qui donne la becquée à sa petite tête blonde ^^

 


Et non, personne n’a trouvé, je n’étais ni au Canada, ni en Irlande, ni en Australie, ni en Ecosse, ni en Angleterre, encore moins au Tibet (^^)… mais au Pays de Galles ! Je sais que les indices pouvaient facilement prêter à confusion, surtout avec les fameuses boîtes de baked beans 🙂
Je suis donc rentrée en France dimanche soir, après moult péripéties. Après Nouméa, j’ai atterri à Londres, après avoir fait escale à Sydney et Singapour. Ensuite, j’ai pris le bus vers Newport, près de Cardiff, au Pays de Galles (ça va, tout le monde suit?).
J’y ai passé quelques jours chez des amis qui habitent un petit village tout mignon où tout le monde se connaît, avec des petits cafés cosy et des boulangeries qui vendent des scones géants aux fruits rouges. A la télé, ils sont aussi abreuvés que nous d’émissions de cuisine, où Heston Blumental te fait monter sur un escabeau pour déguster un oeuf à la coque géant, et où j’apprends dans le Dîner presque parfait local qu’une sauce cocktail c’est de la mayonnaise mélangée avec de la sauce bolognaise (et où les gens ont peur des poissons cuits entiers).

Avant de partir, j’ai réalisé un rêve d’ado attardée en allant manger chez Jamie Oliver, à Bristol (cette fois-ci en Angleterre!). On dira ce qu’on voudra, que son nom est devenu une marque, que ses restos fleurissent un peu partout…mais je m’en fiche, j’ai mangé chez Jamie quoi ^^ La première fois que je l’ai vu à la télé, j’étais encore étudiante, et c’est grâce à ses émissions que je m’amusais le week-end devant mes plaques électriques qui mettaient des plombes à chauffer. Vous ne mesurez pas le degré d’excitation auquel j’étais arrivée ce jour-là! Une vraie groupie!La même sensation que lors de mon premier concert d’Oasis! 

 

On a eu de la chance car on s’est pointé sans réservation, et on a eu la dernière table! La déco est à l’image du chef, rétro, cool et rustique. Je veux dire par là: reggae en fond sonore, briques à nu, chaises de bistrot, tables en zinc, assiettes à dessert à moitié déglinguées, serveuses nonchalantes et peignées comme dans une pub ASOS. Y a quand même un lustre à l’entrée, pour te rappeler qu’ici, on est chez la Reine !

Evidemment, on n’échappe pas au plan marketing: derrière les dossiers capitonnés, tous ses opus sont là pour te donner envie d’acheter encore plus, sans parler des étagères (photo du haut) avec les serviettes du resto en souvenir (il paraît que tout le monde les vole), des mugs ou des tote-bags à son nom, avec un joli scooter dessus. Non je n’ai pas craqué! J’étais là pour manger, mouaaa !!! (pis j’avais plus de sous, j’ai tout dépensé chez John Lewis)

Comme nous ne savons pas quoi choisir au menu, nous optons tous les trois pour le « Jamie’s proper italian feast« , un assortiment d’antipasti et de plats italiens. Pour le petit, ça sera un menu enfant avec des spaghetti al ragu et une salade de crudités.
Avant de nous servir, on nous dépose sur la table quatre boîte de tomates pelées en conserve: heu, on doit cuisiner nous-mêmes, c’est ça le concept?

Eh bien non, idiote, c’est pour poser la méga planche en bois des antipasti! Haaan !!! On dévore sans attendre la charcuterie finement tranchée (salami, mortadelle, jambon blanc et chorizo) et les pickles composés de piments au vinaigre, de caprons et d’olives, dont une variété un peu fade qu’on voit au premier plan, d’un vert bizarre (pas vert olive en tout cas huhu).

De l’autre côté de la planche, des tranches de focaccia grillées et frottées à l’ail, une salade croquante de carotte, panais & betterave chioggia, des boules de mozzarella di buffala hyper fondantes (sous la salade) et des crackers surmontés de fromage et de confiture de piment.

C’est ce que j’ai préféré d’ailleurs: faut que je trouve la recette de cette confiture de piment! Malheureusement, il y en avait trop peu…

Le seul point gênant sur lequel nous étions tous unanimes: pourquoi diable nous servir les plats chauds en même temps que les entrées ? J’adhère au concept « festin, orgie et corne d’abondance toussa toussa » mais désolée, le temps qu’on finisse les antipasti, les plats avaient à moitié refroidis 🙁  Ces spaghetti alla Norma, par exemple, auraient sûrement été meilleurs chauds… Dommage, je me suis vengée sur les aubergines grillées, cachées en-dessous.
Et j’avoue que lorsque j’ai vu les assiettes arriver, je me suis dit: C’est tout? Ca doit être l’estomac calédonien qui a parlé, car ça m’a semblé un peu juste. Mais au final, les portions étaient vraiment bien dosées, limites copieuses!On en est ressorti pleins comme des outres!

Le poulet chasseur, lui, s’en sort bien, car il était encore à peu près chaud. J’avais d’ailleurs déjà testé sa recette ici, et franchement, il était très bon, bien mijoté, voire meilleur que le mien (oui c’est possible). Dommage qu’il n’y ait pas eu de pain sur la table pour éponger toute cette sauce!Tant pis, j’y suis allée à la cuillère!

Le risotto aux champignons sauvages était à tomber !!! C’est le premier plat sur lequel je m’étais jetée (un risotto n’attend pas), et que j’ai abondamment recouvert de parmesan râpé… Les grains de riz étaient légèrement al dente, et le bouillon absorbé par ceux-ci était vraiment savoureux. J’ai poliment demandé aux autres s’ils en voulaient encore, sachant qu’ils allaient dire non…avant de tout engloutir 🙂

Une salade verte aux graines de courge et de tournesol, toute simple, mais j’ai remarqué que chaque feuille était correctement enduite de vinaigrette crémeuse. Un autre hic: je viens seulement de m’apercevoir, en relisant le menu, qu’ils avaient zappé les frites de polenta arghh ! Frustrée!

A la fin, nous étions tous bien repus, mais on a cédé pour un tiramisu (un pour trois, ça va hein): une espèce de monstre à plusieurs strates, où le mascarpone a fini par m’achever. Oui bon j’aurais pas du manger toute la quenelle, mais c’était tellement booon… Avec le zeste d’orange, c’était terrible! A la fin j’ai eu un peu de mal à remonter jusqu’à la voiture, surtout avec le froid, j’avais juste envie de m’allonger sur une des banquettes, à feuilleter ses bouquins… Bon la prochaine fois que j’y retourne, on essaiera celui de Cardiff!

PS: addition correcte, on en a eu pour 15£/personne, soit 18€. (Le dessert est à 4,95£, soit 6€)

 

 

JAMIE’S ITALIAN, BRISTOL

87/89 PARK STREET
BRISTOL
BS1 5PW

 

16 Commentaires

  1. OMG! ça va, pas trop dur ton retour de vacances? En même temps, tu as raison d’en profiter! je peux me jeter sur le risotto?????? à dans 4 jours

  2. Hahaha, je sais pas si c’est l’estomac calédonien qui parle mais j’ai aussi (souvent) tendance à trouver que les portions sont petites (alors qu’en fait non, j’ai juste les yeux plus gros que le ventre). Quant à cette confiture de piments, je suis sûre d’en avoir déjà vue mais où?

  3. Jamie qui???
    Bon ok je suis jalouse, voilà

  4. pour la confiture de piment faut aller voir du côté de chez moi au Pays Basque, tu en trouves au Piment d’Espelette mais sur Panam tu dois trouver ça facilement, via le net…

  5. Halalala !
    Jamie après la Nlle Calédonie… Tu réalises 2 de mes rêves !

  6. En tout cas la façon de présenter la salade et la mozza – si je peux me permettre une petite critique de mr jamie… je vais me faire tuer…- est un peu casse-gueule non?
    ça sent la pyramide infernale où tout se casse la binette!
    Welcome home!

  7. Bon, avoue… Tu as emporté une serviette griffée au nom de Jamie en souvenir ??

  8. Piou… La chance… Bon rassures moi après tu repars au bureau et tu n’aura plus de vacances… Hein ?! Merci de nous faire rêver !

  9. @MissCrumble: Si un peu dur avec le froid! A ce week-end!
    @Aurelvelvet: oui c’est ça, les yeux plus gros que le ventre!Pour la confiture de piment, ça m’a fait penser à la sauce piquante sucrée dans les petites bouteilles carrées qu’on voit dans tous les magasins chinois!
    @Pascale: la prochaine fois on ira ensemble!
    @Chaton64: Merci mais je cherche à en faire moi-même @Argile: Ils sont sympas tes rêves!
    @Kika: mais non t’inquiète, rien ne s’est cassé la binette @Enflammée: non même pas, j’ai pas osé car je pense que maintenant ils doivent vachement surveiller au moment où ils débarrassent la table!
    @Le citron: Bureau, quel bureau?Je travaille chez moi Et je repars au mois de décembre

  10. Moi j’ai été déçue du restaurant de Jamie à Dubaï …. je l’avais imaginé plus chaleureux La confiture de piment de la photo me fait penser à de la gelée de piment d’Espelette (http://www.atelier-du-piment-espelette.fr/gelee-piment-espelette-p-4.html) …………. et maintenant j’en ai envie aussi !!!!!!!!!!!

  11. Tous les plats ont l’air succulents ! Moi aussi j’irais bien me régaler là bas

  12. Je te comprends parfaitement, j’étais moi aussi en mode groupie presque hystérique le jour où j’ai eu le bonheur de manger au Fifteen de Londres (côté Trattoria, hein pas restau, ce sera quand je serai riche !)…

  13. Pas et non, hé non .

  14. La confiture de piment est original,et c’est une nouvelle recette à pratiquer.

  15. Comment tu as du kiffer ce repas chez Jamie!!!!! En tout cas ça donne envie (ce risottooooo!! ) Et pis ce long voyage, comme je t’envie!

  16. carrément pas cher oui… surtout pour l’Angleterre ! je note ! et je retiens la recette de gelée au piment en passant ! je cherche depuis des années la recette de confitures de poivrons verts à l’anis que j’avais trouvée sur un blog qui a sans doute sombré depuis lors, si quelqu’un l’a ???

Laisser un commentaire