Fraise de veau au romarin

 

 

          Comme c’est bientôt la saint-Valentin, je vous ai préparé un plat romantique à base de fraise! Oh ça va, si on ne peut plus rigoler…Après les petits coeurs l’année dernière, il fallait bien que je récidive dans le bon goût. En fait il s’agit d’un souvenir de voyage, lorsque j’avais dégusté ce plat dans le Testaccio, le quartier des abattoirs de Rome. Je m’étais tellement régalée qu’il fallait que je reproduise ce plat à mon tour. Et vous savez quoi? Mini Piment a adoré. Quand c’est préparé avec amour c’est toujours bon! (bon OK son père a failli tourner de l’oeil)

 

Fraise de veau au romarin

(pour 6 personnes)

-1 kg de fraise de veau nettoyée (à commander chez le boucher)
-4 oignons
-6 gousses d’ail
-50 cl de vin blanc sec
-40 cl de bouillon de veau
-2 branches de romarin haché
-2 feuilles de laurier
-2 càs de moutarde forte
-1 càc de fécule de maïs
-sel
-poivre
-1 filet d’huile d’olive

Rincez la fraise de veau, égouttez-la et coupez-la en morceaux de 5 cm de long. Emincez les oignons et faites-les revenir dans une cocotte avec un filet d’huile. Ajoutez l’ail haché puis la fraise de veau. Salez, poivrez, puis ajoutez le romarin, le laurier, la moutarde, le vin et le bouillon. Portez à ébullition puis baissez le feu. Couvrez et laissez mijoter pendant 2h à 2H30, jusqu’à ce que le liquide réduise. Délayez la fécule de maïs dans 5 cl d’eau et versez dans la sauce. Mélangez 5 min puis servez bien chaud.

 

13 Commentaires

  1. lolotte 79 dit : Répondre

    Bonjour,
    Alors franchement, cette recette, je ne vais pas la faire. Je ne suis pas du tout tenté. Désolé. Je ne suis pas du tout abat sauf pour la langue de boeuf ou de porc, la mamelle (je ne sais si cela fait partie des abats). Aussi, ,je comprends ton mari. Par contre, pour ta fille, je trouve cela très bien qu’ elle puisse goûter et apprécier ces plats là.
    Bonne journée

  2. C’est pas grave, il y en aura plus pour moi

  3. Salut joli oiseau des îles qui a trouvé sa branche!
    c’est courageux et chouette de mettre un plat d’abats à l’honneur: c’étaient les ingrédients fétiches des « mères » lyonnaises qui cuisinaient dans les bouchons(bistrots lyonnais), on trouvait le tablier de sapeur, le gras double, les tripes, les rognons,les andouillettes, la langue bien sûr. Mais au delà de ton choix ce qui me touche, c’est le plaisir que tu as eu et le cadeau d’amour que tu offres à Mr Piment …et ça c’est la vraie cuisine, celle qui mijote avec de l’amour.

  4. Orejane dit : Répondre

    C’est vrai que ce plat serait tout à fait à sa place sur la table d’un de nos bouchons. Je pense que je vais le tenter et le faire manger à l’Homme, mais sans lui dire ce que c’est (j’avais fait ça pour la langue de boeuf et il avait adoré). Merci pour cette recette (et pour toutes les autres aussi d’ailleurs) qui devrait plaire à tous les lyonnais et autres amateurs d’abats qui suivent ton blog.

  5. Elise dit : Répondre

    Je trouve que c’est une très bonne idée. Je ne suis pas particulièrement fan des abats mais ton plat me tente. J’ai entendu par ailleurs que la fraise était un abat récemment réhabilité car jusqu’à il y a quelques mois, elle était encore interdite à la vente suite au scandale de la vache folle. Par ailleurs, c’est vrai que son petit nom est quand même craquant (et moins suggestif pour la saint Valentin qu’une queue de boeuf ou de la « mammelle »…hum ok je sors ! Bonne journée !

  6. que ça a l’air bon! Jamais manger de fraise de veau, mais tu me donne envie d’essayer…
    Bises,
    Rosa

  7. Voilà qui me donne faim de bon matin…

  8. voila un plat pleins de saveurs bravo

  9. joscelyne dit : Répondre

    que tu es drôle, à chaque fois je me marre avec ton humour, c’est un régal rien que dans le commentaire qui précède la recette hihihi Heu ben ça me tente pas vraiment, je n’arrive plus à manger d’abats alors que lorsque j’étais jeune (il y a bien longtemps) maman en cuisinait très régulièrement!

  10. Twiga33 dit : Répondre

    Bonjour,
    Quelle chance de pouvoir trouver de la fraise de veau… A Bordeaux,les abats ne sont pas très prisés ! Pour moi qui suis de la région lyonnaise, je suis un peu frustrée. Ta recette est super, mais on peut aussi servir la fraise nature (bien cuite bien sûr dans un bouillon parfumé) juste accompagnée d’une petite gribiche bien relevée, c’est délicieux…..

  11. Chez moi la fraise de veau était un des plats fétiches de ma grand mère , ce qui fait que j’en ai mangé toute mon enfance (sans trop savoir de quelle partie ça venait , peut importe si c’est bon) , d’où ma frustration de ne plus pouvoir en manger , j’en ai trouvé il y a peu chez mon boucher , j’en ai fait à mes ados qui se sont régalés (chez moi c’est bouillie dans un bon bouillon bien parfumé , carotte , oignon piqué de girofle , fond de veau , puis encore tiède , en vinaigrette bien relevée avec échalote moutarde persil et ail ) , je n’ai jamais testé autrement mais je pense que je vais garder ta recette sous le coude et m’en faire une belle assiette rien que pour moi :p

  12. Marina.S dit : Répondre

    C’est la première fois que j’en manger et c’était très bon, nous avons bien aimé ce plat !

    1. Merci à toi!C’est rare d’en trouver en plus!

Laisser un commentaire