Carpaccio de Saint-Jacques au jus de mangue

Dire qu’il aura fallu attendre 26 ans pour que je goûte à mes premières noix de Saint-Jacques fraîches! Ok c’est pas donné mais c’est terriblement délicieux, nom d’un p’tit coquillage! Avec sa chair douce et délicate qui fond sous le palais, elle mérite bien qu’on se sacrifie un tout petit peu, ne serait-ce que pour la période des fêtes. J’en ai mangé pour la première fois cette année, car il faut bien avouer qu’en Normandie on est gâté au niveau des fruits de mer.

Jusque-là j’étais une fanatique des huîtres, que j’ai commencé à apprécier très tôt déja. Quand j’étais gamine, on allait souvent à la mer avec ma famille. Mon père et mon frère pêchaient à la senne ou à la ligne, ma mère et mes soeurs allaient aux palourdes et aux grisettes à la marée basse, et moi je partais souvent en solitaire à la « chasse » aux huîtres (je détestais avoir les pieds dans les algues surtout!). Munie d’un pochon (un sac en plastique dans le langage calédonien) rempli de citrons et armée d’un petit marteau et d’un couteau, j’arpentais les rochers à la recherche de ces petits trésors iodés. J’aimais bien ces instants qui n’appartenaient qu’à moi, sous le soleil et la brise de la mer, au son des coquillages qui se ferment à la moindre houle. Si si, ça claque comme des castagnettes, je vous jure! Même camouflées entre les gros cailloux, j’avais l’oeil pour les débusquer: un p’tit coup de marteau pour pousser la lame dans la coquille, une goutte de citron et hop, un vrai délice 100% naturel!
Maintenant je sais les ouvrir comme une grande, pas besoin de Mister T. pour m’aider! De toute façon tout ce qui vient de la mer le dégoûte, donc heureusement que j’arrive à me dépatouiller toute seule! Pour les coquilles Saint-Jacques, c’est beaucoup plus facile: on glisse la lame d’un couteau à bout rond, puis on détache la noix avec une grosse cuillère. On enlève les barbes et le corail (je garde tout ça pour faire un bouillon) et vous avez votre noix prête à l’emploi.

Carpaccio de Saint-Jacques au jus de mangues
(pour 2 pers.)

-4 noix de Saint-Jacques extra-fraîches
-3 càs de jus de mangue
-1 càs d’huile d’olive
-1/2 càc de miel
-1 càc de jus de citron
-1/4 d’oignon rouge haché
-quelques feuilles de menthe
-sel, 1 pincée de piment en poudre

Placez les noix de Saint-Jacques quelques minutes au congélo, histoire de les raffermir. Après le traumatisme de la dernière fois, j’ai préféré les endormir avant de les préparer!
Pendant ce temps-là, préparer la sauce: diluez le miel et le sel avec le jus de citron. Ajoutez le jus de mangue, l’huile d’olive, l’oignon rouge, la menthe et le piment.
Tranchez les noix en rondelles fines avec un couteau bien aiguisé. Versez sur chaque assiette une càs de sauce, puis disposez les noix dessus. Arrosez légèrement avec le reste de sauce. Laissez mariner 5 minutes avant de servir.

2 Replies to “Carpaccio de Saint-Jacques au jus de mangue”

  1. c est magnifique et j imagine succulent !

  2. J’adore! J’aime beaucoup les St Jacques crues, testées avec du fruit de la passion tu me donnes très envie de tester cette version à la mangue…

Laisser un commentaire