Riz au kale, noix et shiitake

 

          Qui n’a pas entendu parler du kale, le fameux chou que tous les moutons foodistas s’arrachent? Il s’agit d’un chou aux longues feuilles frisées, qui est devenu subitement à la mode à cause d’une américaine qui n’en trouvait pas sur les marchés parisiens, et qui voulait absolument que ces pauvres ignares de français découvrent ce légume aux mille vertus. Prout, oui !!! Pour sa gouverne, ce chou existe depuis belle lurette en France mais sa consommation était plutôt réservée au bétail à cause de sa texture très ferme. Cela fait un bout de temps que ça fait le buzz mais c’est seulement la semaine dernière que j’en ai acheté, par curiosité et pour ne pas mourir idiote. Bon bah j’aurais du rester dans l’ignorance et économiser mes 2,50 € car franchement j’ai été très déçue. C’est assez dur à mâchouiller (je comprends pourquoi on en donnait aux vaches) et niveau gustatif…j’ai eu l’impression de manger du carton mouillé. Alors pourquoi publier cette recette, me direz-vous? Eh bien parce que j’ai eu comme une révélation, pas face au kale (vous l’aurez deviné) mais aux shiitake frais, que j’ai trouvés sur le stand d’un producteur de champignons au marché. J’aimais déjà la version séchée, mais les frais, c’est de la bombe atomique! Quant au kale, eh bien remplacez-le par des épinards frais ou tout autre légume à feuilles vertes qui n’a pas besoin d’être transformé en chips ou en smoothie pour être glorifié. 

Riz au kale, noix et shiitake

(pour 4 personnes)

Pour le riz, à cuire au rice-cooker:
-2 cups de riz basmati (ou 2 petits verres à moutarde)
-2,5 cups d’eau

Pour la garniture:
-1 grosse poignée de feuilles de kale (si vous y tenez vraiment) ou alors d’épinards frais
-1 quinzaine de cerneaux de noix
-6 gros shiitake frais (ou des champignons de Paris)
-2 citrons non traités (zeste râpé et jus)
-1 échalote
-2 gousses d’ail
-sel
-1 pincée d’épices cajun
-huile d’olive

Lavez le riz dans une passoire et faites-le cuire au rice-cooker avec l’eau. Gardez au chaud.
Faites chauffer dans un wok un filet d’huile d’olive et faites-y dorer l’échalote ciselée et l’ail écrasé. Ajoutez les feuilles de kale/épinards grossièrement coupées et faites sauter pour les attendrir. Ajoutez les champignons en lamelles et les noix puis remuez sur feu vif. Assaisonnez de sel et d’épices cajun, puis arrosez de jus de citron. Hors du feu, incorporez le riz et mélangez bien. Ajoutez le zeste de citron et rectifiez l’assaisonnement si nécessaire. Servez bien chaud, avec un dernier petit filet d’huile d’olive.

 

18 Commentaires

  1. Haha ! Ton billet m’a fait rire. Moi j’aime assez le kale, mais pas de là à le porter aux nues. C’est vrai que j’aime assez sa texture, mais pour le rendre « intéressant », il faut l’associer avec des saveurs plus puissantes (câpres, anchois, lard fumé, agrumes… c’est comme ça que j’aime le kale). Et je suis d’accord avec toi, les shiitake frais, c’est de la balle.

  2. Oh oui les shiitake frais, une véritable révélation pour moi! Je vais en acheter chaque semaine je pense! Il paraît qu’il faut masser le kale pour l’attendrir, mais je ne l’ai su qu’après… Et très bonne idée de l’associer avec des saveurs aussi puissantes.

  3. Ici au Quebec, on en mange beaucoup, et on enleve la tige du milieu; je veux dire par la qu il faut separer la feuille de la tige principale c est moins dure a manger

  4. Comme les « foodistas » ne sont pas encore arrivé(e)s en Grèce (quel vilain mot hybride ! ) – nous n’avons que du chou blanc, du vert ou du pommé et surtout d’excellents épinards frais qui feront parfaitement l’affaire !

  5. Désolée, mais j’adore le kale que j’ai découvert à Florence (en Toscane) : il s’appelle là-bas « cavolo nero » ou chou noir. J’ai même acheté des graines que je vais semer au printemps. Je t’en donnerai des nouvelles…

  6. Tellement vrai tout ça! Ce qui m’embête c’est que, autant c’est relativement facile de cultiver du chou (kale ou autre) au jardin, autant mon essai pour les shiitakes n’a pas fonctionné (souche de chêne inoculée de spores de champignons)

  7. Ils vendent des kits dans certains biocoop et aussi dans les champignonnières C’est hype en ce moment

  8. j’en avais récupéré chez mon oncle, qui en a depuis des années dans le jardin… c’est amusant de constater à quel point la cuisine peut aussi être soumise à des phénomènes de mode. Parce que bon, c’est du chou quoi…qui entre parenthèse était aussi souvent utilisé en ornement floral parce que c’est hyper résistant au froid… Bref, j’ai voulu tester, compte tenu du buzz je m’attendais à un truc extraordinaire… ben en fait c’est pas mauvais, mais pas transcendant non plus…j’avais aussi trouvé que c’était hyper dur, du coup j’en ai mis dans un curry, le goût était pas mal et ça allait niveau mastication… mais effectivement, je n’irais pas faire des km pour m’en procurer.

  9. ah ah c’est marrant moi aussi j’ai testé le kale ce week-end pour la première fois, et j’ai un peu la même impression que toi: le kale, boh, ok, mais la sauce que j’ai faite avec (orange + ail + gingembre+ sésame + soja) était une petite tuerie, donc rien que pour ça je suis contente d’en avoir acheté!

  10. Les Allemands l’appellent Grünkohl, une spécialité du nord du pays, excellente, mais dont la dégustation réclame patience comme un bon bourguignon. Ils font suer des oignons dans du saindoux ou de la graisse d’oie, rajoutent le chou coupé en petits morceaux ou haché et après quelques minutes le mettent à cuire avec pas mal d’eau et du bouillon… au moins une heure, voire deux ou plus (sinon effectivement, c’est trop résistant). Et ils font mijoter avec un morceau de petit salé ou des saucisses genre morteau.

  11. j’ai égal voulu le goûter, bof, je les ai fini dans des samossas à la viande pour ne pas jeter,,,!

  12. En France, en Suisse, on appelle ça traditionnellement du chou plume !
    Comme tous les légumes « oubliés » et peu ou plus consommés, il faut le réapprivoiser, trouver le bon accompagnement…
    Pour moi, les smoothies ou chips sont des idées « cosmétiques » et tendances pour faire croire qu’il y a de la nouveauté dans ce produit. Alors que sa saveur et ses caractéristiques (de la mâche, de la fermeté, …) sont bien plus exacerbées dans un plat mijoté longtemps où le chou garde une belle forme et une belle présence tout en devenant plus tendre.
    En somme, il ne faut pas oublier la simplicité et le bon sens en cuisine. Tout kale qu’il soit, ça reste un chou !

  13. Cette recette est dépaysante, je vais l’ essayer ce week-end !

  14. J’ai bien kiffé ton billet et l’on a fait presque le tour de la ferme avec les moutons et les vaches^^ du coup c’est ton chat qui à terminer les assiettes Après il y a « l’effet argentique » de Milgram (le potentiel de l’humain à devenir un mouton ou une foodista^^) en tout les cas la recette sans le choux elle à l’air cool, je crois que l’on peut utiliser des épinard à la place et ça me semble tout aussi sympas et moins chers^^ en tout les cas super billet et les photos défourailles

  15. et oui le shiitaké frais c’est génial! presque meilleur que le cèpe.. enfin presque, en tout cas 2 fois moins cher! moi j’ai testé les ris d’agneau (moins cher que le ris de veau), fris classique sel poivre + sauce crème (de vache ou d’avoine comme j’ai testé) d’oignons caramélisés et shiitakés frais…
    un petit bol de riz blanc et c’est le nirvana.

  16. J’en ai eu par hasard dans mon panier AMAP et même en suivant les conseils des foodistas, j’ai trouvé ça pas terrible. Enfin, je préfère surtout les autres choux qui sont bien plus simples à préparer. Au vu du temps plus élevé de préparation et de cuisson, on comprend que ce chou-là ait été oublié. Et bien qu’il reste dans les mangeoires à vache.

  17. Eh ben je suis bien d’accord avec toi ! Même dans un smoothie, le kale c’est pô bon. J’ai fait comme toi il y a un peu plus d’un an, j’en ai acheté par curiosité. Ben en smoothie, ça pique ! ^^
    Et aussi super d’accord avec toi sur le shitaaké frais, j’en suis trop fan. Frustrant de ne pas en trouver à chaque fois qu’on en a envie !

  18. Hello, Je n’en mangerais pas tous les jours, mais c’est assez bon le kale, cuit, même pour le mettre en salade après ou dans une soupe miso ou une omelette. C’est super bon avec des pignons et de la crème dans des pâtes et idée intéressante que l’on m’a donné il y a peu : le passer au congélateur avant de le préparer pour « casser » la fibre. Ca marche assez bien. Mais bon, on ne peut pas tout aimer!

Laisser un commentaire