Carré d’agneau en croûte de noix

 

Vous ne savez toujours pas ce que vous allez préparer pour votre menu de Pâques? Moi en général, mon coeur balance entre agneau, agneau et agneau. Ah oui, et agneau aussi. Je vous avais déjà dit que c’était mon animal ma viande préférée? Je suis une inconditionnelle des côtelettes grillées mais encore bleues à l’intérieur, presque crues, ce qui fait fuir mon entourage en général. Mais j’adore ça, rogner l’os, grignoter les petits lambeaux rosés et me lécher les doigts avant de reprendre une douzième côtelette. A la fin je peux presque reconstituer la bête avec tous les os dans mon assiette ^^
Ici je me suis fait plaisir avec un petit carré d’agneau car la chair reste bien tendre, à l’abri sous sa croûte de noix et d’herbes. A vous de prolonger la cuisson si vous préférez une viande à point ou bien cuite, mais si vous faites ça, je vous jure que je vous unfriend direct.

 

Carré d’agneau en croûte de noix

(pour 4 personnes)

-1 carré d’agneau (environ 6 côtes)
-1 quinzaine de cerneaux de noix
-3 branches de persil plat haché
-1/2 botte de cerfeuil haché
-3 branches de thym frais effeuillé
-1 gousse d’ail
-15 g de chapelure
-40 g de beurre
-1 filet d’huile d’olive
-sel
-poivre

Préchauffez le four à 190°C.

Enduisez le carré d’agneau d’huile d’olive et  assaisonnez de sel et poivre. Faites-le dorer à la poêle (ou mieux, un plat en fonte allant au four) sur feu vif pendant 1 min, seulement sur le côté chair. Mettez-le dans un plat (ou laissez-le dans le plat en fonte) et enfournez pour 5 min (plus, si vous préférez plus cuit). A la sortie du four, recouvrez la viande d’une couche de papier aluminium et laissez reposer 5 min.

Mettez le four sur position grill.

Placez les cerneaux de noix, les herbes, le beurre, la chapelure et la gousse d’ail dans un robot, puis salez et poivrez. Mixez jusqu’à obtention d’une pâte épaisse.

Recouvrez la chair du carré d’agneau avec ce mélange et enfournez à nouveau pour 3 min sous le grill. Découpez avant de servir bien chaud.

3 Commentaires

  1. Mouhahaha, c’est vrai que ça me surprend le gigot d’agneau bien cuit : chez moi il était toujours prévue cru au milieu^^ J’ai eu une phase ado où je mangeais la viande ultra cuite, je sais pas pourquoi, mais ça m’a vite passé (en plus je me faisais engueuler par mon grand-père qui me répétait que la viande trop cuite c’était du gaspillage!).

    1. Ah tiens je ne t’imagine pas du tout manger de la viande bien cuite, on va dire que c’était une erreur de jeunesse 🙂

      1. Mais si, j’ai eu cette lubie figure toi ! Jusqu’au jour où j’ai mangé un steak tartare^^

Laisser un commentaire