Une fondue…et une balade pour digérer!

Un petit week-end mouvementé, passant du stress du samedi à la flemmardise dominicale. Hier on a eu la bonne idée d’aller faire nos courses en début d’après-midi. Quelle idée! 1 mois et demi avant Noël, les décorations lumineuses commencent déja à se greffer au-dessus de nos têtes quand on traverse la rue. Et bien sûr tout le blah blah mercantile qui est fourni avec, remplissant par la même occasion les rayons des magasins avec des tonnes de jouets. Donc comme tous les samedi, on va remplir notre caddie pour la semaine chez Carrouf, sauf qu’hier on a fait une infidélité à notre supermarché local pour celui de Mondeville. Car à Mondeville (il fallait l’inventer, ce nom), il y a un centre commercial géant, réunissant entre autres la plupart des grands noms de l’électroménager. Et alors? Ben maintenant qu’on a fait le deuil de notre micro-ondes, on a décidé qu’on pouvait le remplacer.
Arrivés à 13h30, on sortira de cet enfer qu’à 16h45! Déja il faut faire un stage en zenittude pour ne pas s’énerver en cherchant une place de parking. Et surtout ne pas oublier de noter le nom de la zone où est rangée la petite auto. Pour nous c’était la rangée « Europe 3 ». Chaque rangée à un nom de continent numéroté, afin de ne pas sombrer dans la maladie d’Alzheimer en sortant du magasin au bout de 3h. On a réussi à boucler notre mission en 30 min, car on savait ce qu’on voulait. Sauf qu’il faut reprendre la voiture pour récupérer ce stupide four à l’autre bout du centre commercial… Après, rebelote pour se regarer car on n’avait pas encore acheté à manger! Après avoir trimé comme si on avait participé à un jeu de piste sans boussole, on en ressort crevé et affamé. Car après la grasse mat’ et le petit-déj de 10h, l’estomac commençait à grogner sérieusement à presque 17h! Dans notre malheur on est resté coincé dans les embouteillages, ce qui nous a poussé à commettre l’irréparable: on a ouvert le maxi-pot de cornichons et englouti la moitié…On a fini par déjeuner tardivement (ou dîner hyper tôt, c’est selon) à 18h, puis on a encore grignoté des tartines à 23h…

_

Aujourd’hui on s’est programmé un dimanche pépère pour effacer le traumatisme de la veille. Grasse mat’ (encore!) et petit tour au marché pour profiter des derniers rayons de soleil de l’hiver. Et hop, d’attaque pour la fondue! N’ayant pas tout l’attirail pour déguster la fondue savoyarde dans toute sa splendeur, j’ai décidé de la faire à la casserole puis de la servir dans un pain évidé. Un pain maison évidemment, que j’ai cuit la veille. Bon ok j’essaie de faire diversion avec mon pain maison, mais je dois avouer que ce n’est pas tout à fait mon idée, mais celle de Louis-François Marcotte, qui officie sur Cuisine TV dans « le Goût de Louis ». Une espèce de beau gosse canadien à mi-chemin entre Bruno Gaccio et Michael Weatherly (vous savez, l’agent DiNozzo dans NCIS!), mais avec l’accent de Robert Charlebois (aïe!). Quoiqu’il en soit, j’adore son émission avec ses recettes simples et ses astuces. Comme par exemple celle de mettre une brique sur un panini pour le griller sans appareil 🙂

Fondue aux 3 fromages (pour 2 gourmands)

-150g de comté
-150g de gruyère
-150g d’emmental
-20 cl de vin blanc
-1 gousse d’ail
-1 pain rond (de la veille si possible)
-1 càc de maïzena

Evidez le pain délicatement sans le percer et coupez la mie en cubes plus ou moins réguliers. Râpez tous les fromages ou coupez-les en petits dés. Frottez le fond et la paroi d’une casserole anti-adhésive avec la gousse d’ail coupée en deux. Versez-y le vin et portez-le à ébullition. Ajoutez le fromage en pluie et laissez fondre à feu doux, en remuant avec une spatule en bois. Diluez la maïzena dans un petit peu de vin et incorporez-la au mélange. Quand la préparation est bien fondue, versez-la dans le pain et dégustez sans attendre.

Personnellement, j’ai déposé mon pain sur un barbecue de table électrique recouvert de papier alu, histoire de garder le fromage bien au chaud. En plus du pain, j’ai servi des champignons de Paris frais et des tranches fines de pancetta. A la fin, en retournant le pain, on découvre son petit derrière bien grillé et croustillant! On avait encore de la place pour le dévorer jusqu’à la dernière miette, avec des crudités! Le plus cool dans l’histoire, c’est qu’il n’y a pas de vaisselle, à part la casserole et les piques à fondue. Heureusement qu’on est allé faire du vélo dans l’après-midi pour essayer d’éliminer (est-ce le mot juste?) cette orgie de fromages!

   

   

4 Commentaires

  1. Quel pain!
    Si tes photos sont de plus en plus belles, la beauté de ce pain rond est alléchante!
    C’est une merveille, dont tu donnes la recette ou bien faut te torturer?
    Quant à ton affaire de tests culinaires c’est génial, je ne pensais pas que ça rapportait autant d’avantages.
    Au lieu de virer direct à la corbeille les e-mails qui me proposent ces tests, sans lire le descriptif, je crois que je vais changer ma façon de voir….
    Bises à vous deux!

  2. Pour le pain, j’avais mis la recette le mois dernier: http://pimentoiseau.canalblog.com/archives/2008/10/p10-0.html
    C’est hyper facile à faire!

  3. C’est sympa comme tout cette présentation!

  4. C’est vraiment chouette cette idée!!
    Bisous

Laisser un commentaire