Mon food trip au Maroc

 

 

 

Alors par où commencer? Quand je revois mon album photos au Maroc, j’ai l’impression qu’on a passé notre temps à manger! Ben c’est pas faux… Avec la street food, il n’y avait qu’à tendre la main pour avoir un sandwich garni de kefta encore grésillante, un bol de bissara tout chaud, ou alors un sfenj crousti-moelleux qui te fera oublier les beignets de ta Mamie ! Le tout accompagné d’un thé à la menthe of course, celui pour lequel j’avais de l’aversion auparavant à cause du kilo de sucre contenu dans chaque verre, mais que je m’injecte maintenant en intraveineuse tellement j’y suis devenue accro!
C’était mon premier voyage au Maghreb, un choc des cultures auquel je m’attendais et qui m’a un peu rappelé l’ambiance en Indonésie. Ca fourmille de gens dans les rues, c’est bruyant, les centaines d’odeurs qui se bousculent dans les narines quand on traverse le souk: celle du cumin, des « saussettes » au paprika (contraction de « saucisse » et « chaussette »,allez savoir pourquoi,tout le monde disait « saussette »!) qui grillent sur la plancha, les quartiers de mouton suspendus à des crochets de bouchers, la suavité des fleurs d’oranger fraîches, la vapeur du poulet qui s’échappe des couscoussiers, à côté de leurs copains encore vivants dans des cages, les chats maigrichons qui miaulent pour choper un bout d’viande…C’était vraiment le souk 🙂

 

Les montagnes d’épices et d’olives dans le souk de Meknès, qui se présente comme un marché couvert. J’ai oublié de photographier les nuages d’abeilles flottant au-dessus des pâtisseries au miel! Non en fait j’avais pas oublié, j’avais juste peur de me faire piquer et j’ai préféré contourner le rayon sucré ^^

 

Balade dans la médina de Fès et Meknès, qui regorge de souvenirs qui ne demandent qu’à sauter dans votre valise: sacs en cuir, tapis multicolores, petites tables en mosaïque, lampes en fer forgé, vaisselle traditionnelle à laquelle il est trèèès difficile de résister, mais j’ai réussi à ne PAS prendre de plat à tajine, vous y croyez? En fait c’est juste parce qu’on avait plus de place… et puis j’avais déjà acheté des assiettes, des bols et des tasses ^^ (sans compter les sacs et les babouches huhu).

 

En haut, Bab Boujloud, une des grandes portes qui entourent la ville et qui accède directement à la médina de Fès. C’était notre point de repère quand on rentrait en taxi! A savoir, à Fès il y a 2 types de taxi: les « petits taxis » rouges qui restent dans le centre-ville et ne coûtent vraiment pas cher (environ 1€ la course) et les « grands taxis » blancs (des vieilles Mercedes des années 70) qui sortent de la ville. C’est ceux-là que vous prendrez en sortant de l’aéroport et sachez qu’ils peuvent prendre 6 personnes maximum (4 derrière et 2 devant) !!! C’est ce qui nous est arrivé quand on a débarqué, serrés comme des sardines, vraiment pas confortable mais trop drôle à voir, surtout s’il y a un gros nounours de 150 kilos qui essaie de rentrer (c’est du vécu)!Au moins le prix de la course est divisé par 6, mais si vous voulez être tranquille vous pouvez le « privatiser » (mais vous paierez les places non occupées).

 

Vendeurs de dindons et de plantes pour infusions (fenouil, camomille…)

Les chats qui guettent devant une boucherie et un ATT (âne-tout-terrain) transportant des bouteilles de gaz.

Visite d’une des fameuses tanneries de Fès. Balade très intéressante, franchement, j’admire le courage des travailleurs du cuir (mais à éviter juste après manger, grave erreur de débutants que nous fûmes).Inutile de me demander où c’est exactementt, les guides viendront directement vous alpaguer pendant que vous hésiterez entre des sandales camel et une ceinture en cuir de babouin (c’est pour rire hein,mais on en trouve de ces trucs, dans la médina). En haut, les peaux sont au dernier stade de séchage (il paraît que le jaune est destiné aux babouches exclusivement masculines car c’est la couleur du Roi)(pas un peu macho ça?)(et les multicolores c’est pour les Village People?), après avoir été raclées, lavées, tannées et colorées. Bon je ne vous cache pas que l’odeur est absolument insupportable, mais comme l’a dit notre guide: Vous inquiétez pas madame, elles sont mortes les chèvres !

Mosquée Moulay Idriss, le fondateur de Fès.

A gauche, une des magnifiques salles du musée Batha. Allez y découvrir, entre autres, les tenues traditionnelles de mariage et les armes anciennes (dont un mousquet qui fait 2 fois ma taille). A droite, il s’agit de notre riad, décoré du sol au plafond avec de la mosaïque et des détails sculptés. Et je ne vous parle pas de la terrasse sur le toit.

Espaces verts exceptionnels pour respirer un peu d’air pur et oublier le brouaha de la ville: vue sur le jardin du musée Batha(à gauche) et rangée de palmiers au jardin Jnan Sbil (on peut aussi y admirer des fontaines et une magnifique bambouseraie) .

Un des nombreux orangers croulants sous le poids des fruits au jardin Jnan Sbil, et à droite un splendide figuier surgi de nulle part, au milieu d’un mur ocre, dans l’ancien quartier juif.

Et sinon, qu’est-ce qu’on mange?

D’abord, on prend un solide petit-déjeuner au riad pour bien commencer la journée. C’est pas parce que les taxis n’étaient pas chers qu’on n’a pas marché! (au contraire, on a profité du beau temps!Mister T a même attrapé un coup d’soleil!) Je tiens à préciser que le personnel de notre riad était particulièrement sympathique et toujours aux petits soins, vraiment, des fois c’en était presque gênant. Le menu changeait chaque matin, et là on avait droit à différentes sortes de pain et galettes (msemen et harcha),des viennoiseries, du miel, des olives, du beurre (épais qui ressemble à de la crème épaisse) et des oeufs au cumin. Et de la vache qui rigole ! Le jus d’orange était fraîchement pressé et on pouvait avoir du thé à la menthe aussi. Des fois on avait aussi des brioches à l’anis (krachel)(non ce ne sont pas des moricettes…à l’anis moricette!), une omelette au cumin ou des pains au chocolat.

Parmi les nombreuses tentations de la cuisine de rue, il y a les sandwiches (qui coûtent 1€) que vous pouvez garnir à votre guise: kefta (viande hachée assaisonnée), poulet, les fameuses « saussettes » rouges (des petites merguez en fait), des boulfafs (brochettes de foie de mouton), une espèce de grosse saucisse faites d’abats coupée en rondelles puis grillée (à droite sur la photo)…Il suffit de choisir sa garniture et elle sera cuite à la minute, sur une plancha. Le tout est relevé de sel, cumin et sauce à la harissa. Même si vous demandez un chouïa de piment, ils y mettent la dose 🙂
Si vous continuez la balade, vous pouvez vous arrêter chez d’autres marchands pour ajouter dans votre sandwich des olives ou du fromage de chèvre par exemple! C’est à la carte!

 

En haut, un sandwich aux « saussettes » et en bas une version végétarienne aux maâkoudas (beignets de pomme de terre), avec un oeuf au plat. Le second fut mon coup d’coeur: tout simple, mais avec plein de saveurs!(et du piment qui arrache la g…!)

Sandwich aux ris d’agneau grillés au feu de bois: une super découverte, pour les amateurs d’abats comme moi.

Sandwich au chameau dont je vous avais parlé hier : ça ressemble à du boeuf. (je parie qu’à la fin du billet, tout ce que vous aurez retenu c’est que j’ai mangé du chameau…!)

 

Le fish & chips à la marocaine: sardines panées à la chermoula et frites croustillantes, servies dans du pain avec du jus de citron et beaucoup de sauce piquante! Là c’est pareil, vous dites un chouïa et il vous met un litre de sauce dans le sandwich. J’ai eu un coup de foudre visuel pour ce stand, avec ces poissons à peine sortis de la friture, le rouge du piment, les casseroles noircies par le temps… Et l’odeur des frites qui cuisent! Y en a qui trouvent que ça pue, la friture, moi j’aime bien ^^ Y a un côté rassurant dans cette rusticité, ça me rappelle la cuisine de ma grand-mère! C’est sûr, faut pas que Gordon Ramsay ramène sa fraise, il ferait fermer illico la baraque !

Petite curiosité: des oeufs mollets que le monsieur écale pour vous et assaisonne d’un mélange sel/cumin (dans le bocal). En général les gens s’arrêtent, achètent un oeuf et le gobent en 2 secondes puis repartent en laissant la coquille sur le plateau (ça coûte 20 centimes). Le truc c’est qu’à nous, il nous donnait toujours des oeufs durs bien cuits, peut-être parce que ces oeufs à moitié liquides rebutent les touristes. Au bout de la 3e fois on a essayé de lui faire comprendre par des signes (car il ne parlait pas français) qu’on voulait un vrai oeuf mollet, et croyez-moi c’est pas facile de mimer un oeuf mollet !Mais on a réussi et ça valait le coup!

Mister T a craqué pour le stand de soupes dès le 1er jour, à tel point qu’on y est retourné presque chaque soir! Le vendeur proposait dans deux énormes marmites de la harira sans viande (soupe à la tomate, pois chiches, vermicelles…) et de la bissara (velouté de fèves sèches). Par curiosité, j’ai voulu goûter aux escargots cuits dans un bouillon contenant une vingtaines d’épices, que j’avais vu dans Fourchette & Sac à dos. C’est le seul plat que je n’ai pas aimé, le goût était assez fort et surtout…on voyait encore les têtes des escargots avec leurs antennes !J’avoue manger plein de trucs bizarres, mais là j’ai pas pu !

La karantika (ou garantita), une espèce de flan salé à base de pois chiches. Surprenant, surtout lorsqu’on s’attend à goûter à un dessert 🙂

Pour un petit quatre-heures, on craque pour le msemen, une galette feuilletée au beurre. Ici elle est tartinée de fromage de chèvre et nappée de miel! Sinon vous avez aussi le sfenj, un gros beignet croustillant en forme de donut, à la mie aérienne. Avec un thé à la menthe brûlant, évidemment !

Côté boissons, on a testé des smoothies originaux, comme ici à base d’avocat (même si je connais déjà l’avocat sucré). A droite, un lait d’amande glacé au 1er plan, et un smoothie lait-jus de pomme pressée au fond. Etonnant et rafraîchissant!

 

Sinon on a aussi testé quelques restos pour goûter à la cuisine traditionnelle, comme ce tajine au mouton (caché sous l’arc-en-ciel de légumes) et les boulfafs dont je vous parlais plus haut. Ici on avait partagé la seule et unique table de l’établissement, sur une mezzanine placée au-dessus du barbecue où grillent les brochettes. Avec des chats qui nous regardaient à travers la fenêtre ^^

On pouvait aussi manger des plats maison au riad le soir, comme du couscous ou de la pastilla au poulet qui m’avait achevée. Les portions sont presque aussi généreuses qu’au Portugal 🙂

 

Ici on s’était fait avoir par des restaurateurs pas super honnêtes (et pas sympas) qui nous avaient facturé ce repas une vingtaine d’euros (alors qu’on avait pas demandé tous ces accompagnements). Ok c’est pas excessif, mais au Maroc c’est énorme, surtout pour un boui-boui de rue. Demandez toujours les tarifs avant d’entrer dans un resto qui n’a pas de carte (si vous avez un budget serré comme nous), car les prix peuvent vite s’envoler à la vue des touristes.

Notre repas à Meknès, où l’accueil fut beaucoup plus sympathique, d’autant plus que c’était un des seuls restos ouvert ce vendredi à l’heure de la prière!Poulet rôti aux olives, sardines à la chermoula (oui encore!mais j’adore!) et grosse assiette de légumes divers (épinards,purée d’aubergine,salade de poivrons…etc) qu’on voit au fond de la 1e photo en haut. Le tout pour 7€ !Voilà pourquoi on avait trouvé l’addition du haut un peu trop assaisonnée de sel…

 

 

 

 

Et voilà c’est fini…Et si je vous disais que je n’ai pas pris un seul gramme avec tout ce qu’on a mangé? Heureusement qu’on a beaucoup marché!

L’adresse de notre riad que je vous recommande fortement:

DAR MEHDI
40, derb ben salem, talaa kbira,
Fes 35000



BREF. J’ai mangé du chameau.

 

25 Replies to “Mon food trip au Maroc”

  1. Ce reportage est magnifique! Toutes ses couleurs… et les odeurs passent presque à travers l’écran d’ordi! Bonne soirée, et merci pour le dépaysement!

  2. Tu m’as régalé les pupilles avec ton reportage !

  3. Elles sont magnifiques tes photos ! Je suis allée au Maroc il y a 3 ans et je rêve d’y retourner !!!

  4. superbes photos!ça donne envie d’y être!

  5. MERCI, MERCI, pour ce magnifique reportage.
    Lorsque j’ai fait ce voyage, accompagnée par des marocains, j’étais un peu tristounette, car je n’ai pas pu découvrir tous ces mets. C’était toujours le même tagine.
    Je retiens l’adresse. Par contre, le plat à tagines est indispensable pour une bonne cuisine.
    Je suis certaine que tu as fait plaisir à beaucoup de monde aujourd’hui Bonne nuit CHRIS

  6. Merci pour cette délicieuse balade dans ce pays que j’aimerais tellement découvrir!

  7. Oh la la quelle beauté! J’adore la cuisine de mon pays! Merci ma belle.

  8. Merci pour ces superbes photos. Toute mon enfance!
    La karentica,que je fais toujours, dans une version plus fine cependant, a des liens de parenté avec la socca niçoise et la farinata ligurienne. Un pur délice!

  9. C’est chouette, mais ça dissuade un peu d’y aller quand on ne mange pas pimenté… est-ce que c’est mal vu d’ailleurs de laisser de la nourriture (vu les quantités astronomiques)? En tout cas bravo pour le reportage, c’était bien chouette! Mais vous n’avez quand même pas fait que les marchés, les resto et les tanneries… si? LOL Bon et bien maintenant je file voir le précédent article, j’ai un gros train de retard! Bonne journée

  10. Magnifique reportage. C’est pas souvent qu’on a l’occasion de voir la street food du Maroc.

  11. J’ai eu grand plaisir à lire ce billet qui me replonge dans d’excellents souvenirs! Pour ma part mes voyages au Maroc ont marqué le début de l’utilisation « intensive » d’épices, et je me permet de préciser que épicée ne veut pas forcement dire pimenté Bonne journée.

  12. Un grand merci pour ce reportage très documenté et tout… je dois avouer qu’avant de te lire j’avais une image du Maroc plutôt négative mais la ton post donne envie de commander mes billets et de partir de suite ! Avoues tu bosses pour l’office du tourisme ?!

  13. Wahou, je deviendrais folle là-bas avec toute ces merveilles culinaires!!! Un vrai régal. Je suis une grande fan de cette cuisine.
    Bises,
    Rosa

  14. Merci pour le partage!…..

  15. @Méli: Merci,oui tu as bien résumé en 2 mots: couleurs et odeurs!
    @Reglisse: de rien,j’espère que ça t’a donné envie d’y aller!
    @EloLolie: ravie que ça te fasse remonter des souvenirs de voyage!
    @Anaïck: merci,moi aussi j’ai envie d’y retourner!
    @chris: ah oui dommage que tu n’aies pas eu l’occasion de goûter à autre chose.En fait j’ai déjà un plat à tajine,que je n’ai jamais utilisé,c’est pour ça que je n’en ai pas acheté @lilith: de rien, j’espère vraiment que tu ailles le découvrir un jour!
    @Culinaire Amoula: De rien,vive la cuisine marocaine!
    @Colette: merci pour ces précisions,j’aimerais bien tester cette recette un jour!
    @Nouillette:Tu n’es pas obligée d’en manger!Il suffit de dire que tu n’en veux pas,c’est si simple que ça.J’ai fait d’autres activités en-dehors des marchés,restos et tanneries,si tu as suivi l’article:les jardins,les musées,balade en train jusqu’à Meknès…En même temps je ne vois pas ce qu’il y a de « LOL » à montrer que des photos sur la cuisine locale,n’as-tu pas lu le titre de mon billet?
    @stef de fla: merci!Je voulais montrer qu’il y avait autre chose que le couscous au Maroc @midi cuisine: Merci pour ta remarque très juste,ne pas confondre épicé et pimenté Pour ma part j’ai eu vraiment du plaisir à découvrir tous les aspects de la cuisine marocaine,même si j’en ai pas encore fait le tour!
    @Le citron: De rien,j’aime bien partager mes récits de voyage!Et non je ne bosse pas pour l’office du tourisme @Rosa: Oui je suis sûre que tu aurais aimé goûter à toutes ces saveurs!
    @Babeth de Lille: De rien,ce fut un plaisir de me remémorer ce séjour!

  16. La clé de tout (pour pas grossir en ouacances) c’est ce dépenser!

  17. et bien moi je retiens surtout le sandwich avec les beignets de pdt et l’oeuf au plat!

  18. AAAhhhhh merci pour le voyage que des ouvenirs moi c’était Marackech quel pays merveilleux !!!!

  19. C’est vraiment un super pays, aussi bon que beau, ou les gens sont adorables. Je retrouve dans tes photos cette ambiance que j’avais aimee. Ont sent que tu as aime ce pays.

  20. j’avais mis ton blog sous le coude car j’avais adoré les pétoncles…
    aujourd’hui je feuillette et découvre un maroc que j’ai visité (l’été de la canicule chez nous)avec un immense plaisir… j’en garde un souvenir chargé d’odeurs et d’ambiance qui m’avaient beaucoup plu !merci de nous faire partager toutes ces bonnes recettes auxquelles je vais m’atteler et savourer avec ma ‘tite famille…chez moi on aime la popote et les bons p’tits plats !!!

  21. aahhh ! que de souvenirs à travers ton article mm si ns n’étions pas ds la mm region ! g decouvert c smoothie, trooop delice ! et les msemen appelé meloui a meknès, une cure pour les enfants !!
    je vais publié bientot notre séjour =) bisous !!

  22. Merci pour cette magnifique balade, je croyait y être bises.

  23. Wow !
    Elles sont magnifiques tes photos et ça donne vraiment envie d’y aller. Merci pour le partage.

  24. Merci pour ce magnifique food trip, très beau, plein de couleurs, de saveurs et d’idées recettes! j’adore!

  25. waouu j’ai découvert plein de choses dans cet article ! Ce food report est génial ! Et effectivement, ce que je retiens… tu as mangé du chameau !!? les smoothies me donnent bien envie aussi..

Laisser un commentaire