Burrata à l’ail des ours

 

Déjà plus d’un mois que mon pauvre petit blog est à l’abandon! La faute à notre déménagement, à la fatigue, à ce printemps déprimant (oui faut bien trouver des excuses en béton pour justifier cette si longue absence)…
Bref, Piment Oiseau reprend du service avec une recette de saison! Je sais qu’il y en a qui n’en ont rien à carrer de manger des courgettes à Noël (tout en prônant des valeurs superficielles), mais ici on ne déconne pas avec la bouffe, OK ? Moi je veux que le contenu de mon assiette ait du goût, pas qu’elle soit à tout prix instagrammable.
En ce moment en Alsace, vous pouvez encore conduire le long des sous-bois tout en vous prenant un shot olfactif 100% aillé, même avec les fenêtres fermées. C’est encore mieux à pieds ou en vélo, car vous êtes sûrs que vous ferez fuir tous les vampires sur votre chemin 🙂 Et même pour la burrata, la saison idéale pour la déguster c’est maintenant, car l’herbe de printemps donne plus de saveur au lait! Puisque je vous dis que la saisonnalité, c’est pas du vent!

Burrata à l’ail des ours

(pour 2 personnes)

-2 boules de burrata (ou de la mozzarella di buffala)
-quelques tranches de pain de campagne

Pour le pesto:
-100 g de feuilles d’ail des ours
-50 g de pignons de pin
-50 g de parmesan
-125 ml d’huile d’olive
-1 càc de sel

Faites légèrement torréfier les pignons de pin dans une poêle à sec, sans matière grasse, puis laissez refroidir sur une assiette. Râpez le parmesan.
Lavez les feuilles d’ail des ours, séchez-les et hachez-les grossièrement. Mettez-les dans un blender avec l’huile d’olive et mixez-les jusqu’à obtention d’une purée verte. Ajoutez ensuite le parmesan, les pignons et le sel. Mixez jusqu’à obtention d’une purée un peu grossière.
Faites griller les tranches de pain dans un toaster et déposez-les dans des assiettes. Posez la burrata au-dessus et fendez-la avec un couteau. Garnissez avec un peu de pesto à l’ail des ours et servez sans attendre.

4 Commentaires

  1. Haaaan, ça donne trop envie! Ici pour trouver de la burrata, tu peux t’accrocher… Il n y a plus de fromagers en ville et je n’en ai encore jamais vu en grandes surfaces! Les seules fois où j’ai pu en dégotter c’est lors de nos vacances à Biarritz^^ Quant à l’ail des ours, il paraît qu’il y en a plein à Montségur et je suis vexée, je n’en ai jamais trouvé (et bien sûr les gens sont bien évasifs quand ils t’expliquent où ils en cueillent…)

    1. Ah je vais essayer de t’en envoyer alors!

      1. Ho, merci, c’est adorable, je ne te disais pas ça pour ça hein ! Ma grand-mère (qui déteste cordialement l’ail) va me filer un pot de pesto d’ail des ours donné par sa voisine parisienne (qui connaît les coins mieux que moi, je suis ultra vexée, tu penses!).

  2. Quel plaisir de te relire après cette absence 🙂
    Ta recette a l’air d’être une tuerie intersidérale.
    Pour la burrata, c’est pas évident à trouver, même en Alsace, dès qu’on s’éloigne des grandes villes. Je vais essayer de fureter mais c’est pas gagné.
    Je suis moi aussi dans l’ail des ours en ce moment, j’ai d’ailleurs testé ton excellente recette de muffins. Pour le reste, tout à fait d’accord avec les produits de saison : chez nous non plus, ça rigole pas ! Pas question de manger des courgettes à Noël ou du raisin en avril 🙂

Laisser un commentaire