Tourment d’amour


 

Ce dessert, je voulais le publier pour la Saint-Valentin 2011. J’avais repéré la recette dans un livre sur la cuisine antillaise, dont la photo alléchante me promettait une orgie de noix de coco, une débauche de crème onctueuse et de coulis décadent. Toute guillerette, vêtue de mon joli tablier bayadère et armée de ma spatule de warrior, me voilà affairée derrière mes fourneaux comme une givrée. Je m’étais appliquée à réaliser toutes les étapes de A à Z: la pâte brisée maison, la crème pâtissière, le biscuit et surtout la confiture de noix de coco, fraîchement râpée par mes soins. Pour le bec salé que je suis, ce challenge était presque insurmontable. Dadi doudida…hop une touche de sucre par-ci, didadidadou… un peu de farine par-là, mais c’est pas compliqué finalement, cette histoire, suffit juste d’être organisée et on se débrouille comme un chef!

Enfin sauf que là, je m’étais plutôt débrouillée comme une chèvre…Je ne sais pas si j’avais mal lu les proportions ou si la recette était purement et simplement foireuse (je penche plutôt vers cette hypothèse), mais c’était la catastrophe du siècle dans mon four! Même après avoir dépassé le temps de cuisson, le centre était encore tout mou, on aurait dit des sables mouvants, au secours !!! Evidemment, Bree Van de Kamp n’est jamais là quand il faut quand on a besoin d’elle. J’ai essayé de rattrapper cette situation comme j’ai pu, en remettant le gâteau au four, puis en le laissant refroidir plusieurs heures (genre le gâteau va miraculeusement devenir parfait dans mon frigo magique, mais bien sûr). Et puis vint le moment que je redoutais le plus: la découpe! A peine ai-je eu le temps d’y enfoncer la pointe du couteau que tout est sorti comme un magma, BLOUUUBBB, une marée rose bonbon sur mon plan de travail, encore pire que si un bisounours avait vomi sur ma table. Je n’étais que haine et fureur… En 2011, c’était aux chiottes, la saint-Valentin !

 

Une année s’est écoulée depuis ce désastre pâtissier, et têtue comme une mule, j’ai voulu retenter ce fameux tourment d’amour, pour ne pas rester sur cet échec cuisant. Ce n’était plus de l’amour, mais de la rage !!! Cette fois-ci, j’ai jonglé à mes risques et péril entre plusieurs recettes, et j’ai enfin trouvé la combinaison gagnante! Certes, je me suis acharnée, mais j’ai pris moins de peine, de peur d’être déçue une seconde fois: j’ai utilisé une pâte déjà prête (mais pure beurre qué même) et ai réalisé ma confiture à partir de noix de coco déshydratée. Le résultat est plutôt pas mal, je dois dire 🙂 Vous savez quoi, cette année pour la Saint-Valentin, j’aurais bien mérité une médaille de la persévérance !

 

 

Tourment d’amour (pour 6 à 8 pers):

-1 rouleau de pâte brisée pure beurre

Pour la confiture de coco:
-170 g de noix de coco râpée
-170 g de sucre
-25 cl d’eau
-1 bouchon de rhum brun
-1/4 de càc de cannelle

Pour la crème pâtissière:
-4 jaunes d’oeufs
-1/2 de lait entier
-80 g de sucre
-35 g de maïzena
-35 g de farine
-1 gousse de vanille

Pour le biscuit:
-5 oeufs entiers
-150 g de farine
-150 g de sucre

Pour le coulis:
-250 g de framboises (ici surgelées)
-1 càs de sucre glace
-1 càc de jus de citron

 

 

Préparez la confiture de coco:
Versez dans une casserole la noix de coco, le sucre, l’eau, le rhum et la cannelle. Portez à ébullition puis faites cuire sur feu doux pendant 25 minutes environ, en remuant de temps en temps. Laissez refroidir.
Préparez la crème pâtissière:

Faites chauffer sur feu doux le lait dans une casserole, avec la vanille fendue et grattée. Fouettez dans un saladier les jaunes d’oeufs avec le sucre, jusqu’à ce que ça blanchisse. Ajoutez la maïzéna et la farine, sans cesser de fouetter. Retirez la gousse de vanille de la casserole et versez progressivement le lait chaud sur les oeufs, tout en fouettant. Reversez ce mélange dans la casserole et faites épaissir sur feu très doux, en remuant sans cesse comme pour une crème anglaise. Lorsque la crème est bien épaisse, retirez la casserole du feu et laissez refroidir.
Préparez le biscuit:
Fouettez les oeufs entiers et le sucre dans un saladier jusqu’à ce que ça blanchisse. Incorporez progressivement la farine tout en mélangeant.

Cuisson:
Préchauffez le four à 180°C.
Beurrez et farinez le fond d’un moule à tarte (26 à 28 cm, c’est bien). Foncez avec la pâte brisée et piquez le fond avec une fourchette. Etalez la confiture de coco au fond, en tassant bien. Recouvrez avec la crème pâtissière refroidie, en lissant bien la surface. Versez enfin l’appareil à biscuit, puis enfournez pour 45 minutes.
A la sortie du four, laissez refroidir à température ambiante, puis entreposez-le au frigo pour au moins 1H.

Préparez le coulis:
Mixez les framboises avec le sucre glace et le jus de citron, puis filtrez à travers un chinois afin d’éliminer les pépins.

Servez le tourment d’amour en parts, nappé de coulis de framboise.

 

 


Attention, ça dégouline d’amûûûr!


Cette recette participe au concours sur la Saint-Valentin
en partenariat avec Juices and Cakes et organisé par Price Minister !

 

26 Commentaires

  1. lol, « se débrouiller comme une chèvre », je croyais qu’il n’y avait que moi qui savait faire ça.
    Tes photos sont absolument décadentes. Un désastre. J’en veux TOUT DE SUITE.
    _ (bave…)

  2. Tes efforts ont payé, ce dessert est magnifique !

  3. holalala une pure merveille bravoooo

  4. Waouh ! Trop la classe Bon j’aime pas la noix de coco mais c’est trop beau quand même ^^
    ps: maintenant que j’ai vu ta participation au concours, je sais que je n’ai plus aucune chance ^^ Haha, je suis sûre que c’est toi qui va gagner

  5. Dommage que mon chéri ne soit pas là demain, il n’y aura pas droit na (mais du coup moi non plus roooo) Belle bataille !

  6. Alors ca c’est original! Je n’aurais jamais pense a faire une tarte avec creme, confiture et biscuit par dessus! En tous cas, belle tenue, joli resultat……..comme quoi la patience d’une gourmande arrive a bout de tous les defis!

  7. tu as bien fait de persévérer !

  8. Très drôle ton billet! Tu m’as bien fait rire! Surtout avec ton évocation de Bree Van de Kamp et la comparaison de ton gâteau avec le vomis de bisounours!
    En tout cas, cette fois c’est une réussite! Bravo!

  9. L’amour demande une persévérance et des efforts continuels, il ne faut pas se laisser abattre par les crises. Ton tourment d’amour sublime, magnifique, merveilleux, divin, enchanteur, chatoyant (aucune mention est inutile) en est la preuve parfaite … et irrésistiblement gourmande. A dévorer les yeux dans les yeux !

  10. Tu as su parfaitement t’en sortir pour ce second coup et ta photo est super alléchante

  11. Quel mérite tu as, quel acharnement ! Je suis pareille, tant que je n’ai pas le résultat escompté, je recommence !!!
    Ce tourment porte bien son nom…
    Bises gourmandes
    caro’

  12. Quelle Warrior fais tu !

  13. haaaa le tourment d’amour *soupir nostalgique*
    je m’en suis gavée aux Antilles, à la confiture de coco, de goyave ou d’ananas… mais je n’ai jamais trouvé le courage de m’en préparer là où je ne pourras JAMAIS en trouver (je vis en Andalousie héhé) !
    en attendant je me délecte de tes photos, bravo c’est une réussite, et quelle recette pouvait mieux coller à cette journée ?

  14. Hmm plein de saveurs que j’aime!

  15. Superbe ! il en faut de la passion et de la détermination en cuisine comme en amour je crois…
    en tout cas ça a payé il est vraiment tentant !
    bises et bonne soirée
    Curcuma

  16. Hmmm, extra toutes ces couches ! Bravo ! Tu n’as pas lâché !

  17. ça m’a l’air très fortement yummy ton truc là !! Je ne suis pas très noix de coco, mais j’ai envie de planter ma cuillère ! Les photos sont encore une fois très très appétissante !!!

  18. nom de cette pâtisserie
    D’aborde j’apprécie ton travail, bravo , sinon le prendre pas mal, concernant le nom de ce gâteau, pour moi suis de la guadeloup, il s’agit de l’amour cacher d’origine martiniquais pâte brisé, autres coco, pâte à gateau génois où beurre, et non le tourment d’amour, la différent est la crème pâtissier. Puisque le troument qui est guadeloupéen, plus précément saintoise de l’une des île de l’archipel n’pas de crème pâtissier dans sa confection

  19. comique de répèt
    C’est très courageux de recommencer un gâteau qui se transforme en flaque ; perso les deux fois où ça m’est arrivé, je n’ai pas retenté l’expérience avec la même recette : bravo !
    Et comme d’habitude, la photo met l’eau à la bouche.
    Epi, keske vous êtes rigolote, l’oiselle pimentée ! J’espère que vous vécûtes une St-valentin roudoudesque. Bon week-end !

  20. ça me rapelle mon escapade aux saintes, j’ai adoré et partagé ces petites tartelettes avec les biquettes très friandes aussi de ce gâteau…!
    Ta recette revu de ces gâteaux m’a l’air bien sympa.

  21. un gâteau que j’ai déjà fait, que j’ai mangé dans un restaurant antillais et que j’aime déguster.

  22. Un vrai tourment !
    Miam ! Sur la route depuis 3 mois, je goûte ds choses délicieuses et nouvelles mais niveau dessert y a pas photos… La France me manque !!!

  23. HMm ça a l’air bien bon!

  24. oh ça que c’est bon !!!! des odeurs de Gwada me reviennent aux narines, miam … de là à le tenter alors que ma belle famille est de là-bas, je ne sais pas si j’oserai un jour !

  25. Si ça c’est pas une vraie déclaration d’amour, je veux bien mangé mon tapis de souris!

  26. genial ce que tu fit j’adore ton blog!!

Laisser un commentaire